Avec l’hiver qui approche à grands pas, plusieurs étudiants devront faire face à une période d’examens qui peut s’avérer stressante surtout s’ils ne sont pas adéquatement préparés aux exigences demandées. L’organisation en milieu scolaire est une clé importante du succès puisqu’elle permet de maximiser son temps afin d’être prêt au moment des évaluations. Cet article s’adresse surtout aux élèves du secondaire et du Cégep et vous proposera 5 trucs afin d’être mieux organisés.

1. L’agenda, votre meilleur ami

La plupart des établissements scolaires fournissent aux étudiants un agenda pour écrire les devoirs à remettre et les examens à venir. Beaucoup d’étudiants considèrent l’agenda comme un outil optionnel alors qu’il est essentiel à sa réussite scolaire. Écrire les tâches à faire au courant de la journée et de la semaine allège la charge mentale de l’étudiant qui peut ainsi mieux se concentrer sur la matière de ses cours au lieu d’avoir un trop-plein d’information qui circule dans sa tête.

De plus, l’agenda permet de mieux gérer son temps en offrant un aperçu visuel des temps libres de l’étudiant. La plupart des étudiants doivent jongler entre des activités parascolaires, une vie sociale, la pratique d’un sport ainsi qu’un travail à temps partiel. Afin de créer un équilibre parmi toutes ces obligations, il est nécessaire d’avoir un agenda afin de bien organiser son temps et de s’assurer d’accorder suffisamment de temps aux études ainsi qu’à la famille et aux amis.

2. Définir des périodes de temps pour étudier

Grâce à l’agenda, nous avons un aperçu visuel précis de ce qui nous attend au cours de la journée et de la semaine. Ceci étant dit, il est possible de délimiter des périodes afin de rentabiliser son temps d’étude. Dépendamment de la personne, certains élèves ont un temps plutôt limité pour étudier alors que d’autres ont une plus grande latitude. Dans les deux cas, la qualité de l’étude prévaut sur la quantité. Autrement dit, 30 minutes d’étude où l’étudiant est concentré et prêt à travailler vaut plus en termes de qualité que deux heures s’il n’est pas disposé à travailler et qu’il se laisse facilement distraire par ce qui l’entoure.

Si vous savez que vous disposez seulement d’une heure dans la journée pour étudier, rentabilisez ce temps et accordez-le à votre étude. Je suggère personnellement la méthode Pomodoro pour maximiser la concentration. En faisant un bon usage de son temps et en s’accordant des pauses, l’étudiant maximise son temps et sa concentration pour l’étude. De plus, pour les élèves du secondaire qui ont parfois de la difficulté à trouver la motivation pour faire leurs devoirs, la méthode Pomodoro peut s’avérer plus motivante puisqu’elle permet de prendre de courtes pauses.

3. L’importance de prioriser

Qu’ils s’agissent d’étudiants au secondaire ou au Cégep, nous voyons de plus en plus de jeunes faire face à des horaires surchargés qui leur causent beaucoup de stress et qui peuvent les amener à se surmener. C’est pourquoi il est important de faire une liste de priorités, surtout en périodes d’examens alors qu’il est nécessaire d’accorder plus de temps à l’étude. Malheureusement, pendant ces périodes plus occupées, les activités sociales ont tendance à être mises de côté au profit des études. Toutefois, si l’étudiant a un emploi étudiant et qu’il a beaucoup d’heures de travail, il est primordial de demander à son employeur de diminuer son nombre d’heures de travail.

Dans le cas d’un emploi étudiant, il est conseillé de travailler un maximum de 20 heures par semaine et de diminuer ses heures lors des périodes d’examen. Les employeurs sont généralement très compréhensifs lorsqu’il est question des études. Il faut aussi se rappeler que les périodes d’examens sont temporaires et que les concessions sont nécessaires, mais seulement pour un temps limité ! Les études devraient être en haut de la liste de priorités des étudiants. Un horaire surchargé avec des activités extracurriculaires, un travail étudiant ou des activités sportives peuvent mettre beaucoup de pression sur les épaules d’un élève. C’est pourquoi il est nécessaire d’alléger son horaire afin de limiter les risques d’anxiété.

4. Prendre du temps pour soi

Oui, l’étude c’est important. Il faut aller à l’école et bien réussir pour s’assurer un avenir. Toutefois, nous constatons de plus en plus de troubles de santé mentale telles que la dépression et l’anxiété chez les étudiants. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre du temps pour soi et faire des activités pour s’aérer l’esprit. Qu’il s’agisse d’écouter un film ou une série en fin de journée, ou encore de lire un bon livre, du temps pour soi devrait aussi faire partie des priorités d’un étudiant.

Lors des périodes plus stressantes et plus occupées, 30 minutes en début ou en fin de journée peuvent faire toute la différence quant à son état d’esprit qui sera plus positif et plus reposé. Je conseille aussi aux étudiants aux prises avec des troubles anxieux à faire des exercices de méditation afin de pouvoir se recentrer en se concentrant sur son souffle. Plusieurs applications telles que Headspace et Petit bambou sont disponibles afin de guider quiconque vivant des moments plus difficiles ou plus stressants.

5. L’importance de demander de l’aide

Parfois, même en faisant tout son possible, l’étudiant se sent surmené. C’est pourquoi il est nécessaire de demander de l’aide. Les enseignants sont généralement disposés à aider les étudiants. Toutefois, vu le nombre élevé d’étudiants dans les salles de classe, surtout au secondaire et au Cégep, les enseignants ont peu de temps à offrir. Le tutorat peut être une bonne façon de combler ce besoin. Les tuteurs sont qualifiés pour accompagner l’étudiant dans ses besoins d’apprentissage, mais ils sont aussi qualifiés pour aider l’étudiant à bien organiser son temps. Ils peuvent donner des outils et aider l’étudiant à optimiser l’usage de son agenda dans le but de l’aider à alléger son esprit afin de ne pas se sentir surmené.

L’organisation est donc une composante très importante pour assurer la réussite des étudiants. Il est donc entre leurs mains de rentabiliser leur temps afin de bien se préparer à la période d’examens qui approche à grands pas !

Auteur de l’article : Janie Houde

L’Épreuve Uniforme de Français est une étape décisive pour les étudiants du Cégep. Cet examen ministériel détermine si l’étudiant aura son diplôme d’études collégiales. Celui-ci est généralement nécessaire à tous les étudiants désirant travailler dans leur domaine d’étude ou qui désirent poursuivre leur parcours académique aux cycles supérieurs, c’est-à-dire à l’université. L’Épreuve Uniforme de Français, communément appelée ÉUF, est donc un moment pouvant occasionner du stress aux étudiants puisque leur futur en dépend. Les étudiants éprouvent parfois certaines difficultés à rédiger leur dissertation. Qu’il s’agisse de problèmes au niveau de la lecture, de l’écriture ou encore de la gestion du temps, ces éléments peuvent être rectifiés grâce à une bonne préparation. Voici donc quelques difficultés rencontrées par les étudiants et comment y remédier.

1. Les difficultés de lecture

L’ÉUF comprend trois sujets parmi lesquels l’étudiant doit en choisir un. Ces sujets prennent la forme d’un énoncé auquel il est nécessaire de répondre en argumentant à partir d’un texte littéraire qui est associé au sujet. Une lecture attentive et efficace est donc primordiale afin de bien répondre à la question du sujet. Cependant, plusieurs étudiants éprouvent quelques difficultés à cette étape. Pour certains, il s’agit d’une difficulté au niveau de la rapidité de lecture. En effet, il faut faire une lecture attentive et efficace, mais qui nécessite aussi de la rapidité puisque l’ÉUF a une durée limitée de 4 h 30. L’étape de la lecture ne doit pas prendre plus de temps que nécessaire afin d’avoir suffisamment de temps pour la rédaction et la correction de la dissertation.

De plus, plusieurs étudiants font aussi face à des difficultés quant à la compréhension du texte à argumenter. C’est important de bien comprendre le texte afin de bien répondre à la question. Toutefois, les textes présentés à l’ÉUF sont connus des étudiants la journée même. Ceux-ci ne peuvent donc pas se préparer et se doivent d’avoir une bonne compréhension du texte sans préparation préalable. Ainsi, de nombreux étudiants font face à des textes qui leur semblent difficiles à comprendre occasionnant ainsi beaucoup de nervosité, voire de la panique.

Ces problématiques rencontrées à l’étape de la lecture sont plutôt fréquentes. Il est toutefois possible de remédier à ces difficultés grâce à une certaine préparation. La lecture n’est pas une tâche facile. Toutefois, les étudiants qui lisent beaucoup de romans ont tendance à avoir plus de facilité à cette étape. En effet, la lecture est une question de pratique ! Il faut s’entraîner à lire afin d’améliorer sa rapidité de lecture. Je suggère donc à tous les étudiants de lire plusieurs romans avant leur ÉUF. De plus, il a été démontré que les personnes qui lisent ont un vocabulaire plus développé. Pratiquer la lecture ne va donc pas seulement améliorer la rapidité, mais aussi la compréhension puisque cela permet d’élargir son vocabulaire.

2. La complexité de trouver des idées

Un autre problème fréquent qu’éprouvent les étudiants est en lien avec les idées. En effet, la dissertation de l’ÉUF détient une structure très spécifique où les étudiants doivent trouver des idées principales et secondaires à partir du texte afin de répondre à la question. Cette étape est souvent la plus difficile pour les étudiants puisque sans idées, il leur est impossible de rédiger la dissertation. Cette lacune vient souvent de deux facteurs. Le premier étant que les étudiants ont parfois de la difficulté à comprendre le texte ce qui complexifie grandement la recherche d’idées. Le deuxième facteur est en lien au vocabulaire. Je remarque souvent que les étudiants n’ont pas de problèmes à former des idées dans leur tête. Toutefois, il leur est plus difficile de les traduire en mot et cela est causé par un manque de vocabulaire. Les mots leur manquent pour transmettre exactement ce qu’ils veulent dire.

Encore une fois, il n’y a aucune difficulté à laquelle on ne peut remédier. Trouver les idées, comme on l’a vu, est encore une question de lecture et de vocabulaire. S’entraîner à lire est donc d’autant plus nécessaire pour cette étape qui nécessite l’utilisation de mots de vocabulaire précis. Je conseille personnellement aux étudiants de lire avec le dictionnaire à proximité afin de pouvoir aller vérifier les mots incompris. Un dictionnaire de synonymes peut être aussi très utile afin d’élargir son vocabulaire. De plus, effectuer un plan avant la rédaction est primordial afin de trouver les idées. Les étudiants peuvent ainsi établir une structure pour leur dissertation. Cette structure sert de guide afin que les idées s’enchaînent logiquement.

3. L’organisation du temps

Certains étudiants ont beaucoup de difficulté à bien gérer leur temps. Cela fait en sorte qu’ils manquent de temps pour terminer de rédiger leur dissertation ou pour la corriger. Bien organiser son temps fait donc partie intégrante de l’ÉUF.

La façon d’organiser son temps est propre à chaque étudiant. Il n’y a pas de formule magique ! Il faut cependant prendre en compte qu’il est nécessaire de garder suffisamment de temps pour la correction. Nous conseillons un minimum d’une heure pour effectuer la correction ce qui laisse 3 h 30 pour la lecture des textes, le plan, le repérage d’idées ainsi que pour la rédaction. 3 h 30 peut sembler plutôt court, mais la correction est de loin l’étape la plus importante.

4. La correction

L’ÉUF est un examen ministériel qui nécessite un triple seuil de réussite. Cela signifie qu’il y a trois critères auxquels les étudiants font face : l’argumentation, la structure ainsi que les fautes d’orthographe. Ces trois critères doivent être réussis par l’étudiant lors de l’ÉUF afin d’obtenir son diplôme. Généralement, le critère qui entraîne un échec est celui de l’orthographe. En effet, afin de réussir ce critère, les étudiants doivent faire moins de 30 fautes dans l’ensemble de leur dissertation. Faire plus de 30 fautes entraîne un échec automatique. Il est donc obligatoire d’accorder beaucoup de temps et d’importance à la correction.

Puisque les fautes d’orthographe sont la cause principale des échecs, il est nécessaire de bien se préparer pour la correction en accordant au moins une heure à cette étape. Pendant la rédaction, je conseille aux étudiants de ne pas se corriger au fur et à mesure afin d’avoir tout le temps nécessaire pour terminer leur dissertation. Toutefois, pendant l’écriture, il serait bien de mettre en évidence les mots problématiques afin de les vérifier dans le dictionnaire ou le Bescherelle au moment de la correction. Je suggère aussi aux étudiants de porter une attention particulière à leurs fautes fréquentes. Ainsi, ils savent qu’ils doivent passer plus de temps sur celles-ci.

5. L’importance de demander de l’aide

L’ÉUF est une étape très stressante dans le parcours académique d’un étudiant puisqu’il s’agit d’un examen déterminant pour son futur. C’est pourquoi demander de l’aide afin d’être mieux préparé peut être une bonne solution pour assurer son succès ainsi que pour avoir plus confiance en ses habiletés au moment de l’épreuve. Un tuteur peut aider les étudiants à établir des stratégies de lectures, à faire du repérage d’idées, à construire un plan efficace ainsi qu’à améliorer l’orthographe et la syntaxe. Le tutorat permet aux étudiants d’apprendre à leur propre rythme et d’avoir quelqu’un qui est à l’écoute de leurs besoins individuels. Les tuteurs ont aussi un horaire flexible pouvant être adapté aux besoins de chaque étudiant. Par ailleurs, les étudiants ont la possibilité de faire des cours individuels avec un tuteur ou en petits groupes afin de favoriser les échanges et l’entraide. Demander de l’aide constitue ainsi une façon de mieux se préparer afin de mettre toutes les chances de son côté pour cette étape importante.

Auteur de l’article : Janie Houde